Raid en 4×4 au Maroc 2/2

4x4

Découvrez la suite… Aujourd’hui, je tiens à vous parler de mon road trip au Maroc. Le Maroc est un pays magnifique, les couleurs sont vives et chaudes, les paysages diffèrent selon les régions. Parfois, nous avons même l’impression de ne plus être dans le même pays. C’était vraiment une semaine incroyable ! 6 jours et 1620 km en 4×4 de pur bonheur ! Enfin de pur bonheur et de petites galères aussi, vous le découvrirez au fil de l’article.

Jour 3 :

Ce matin, nous nous levons à 4h55 du matin pour ne pas louper le lever du soleil. La motivation est avec nous. Pour avoir la meilleure vue, nous décidons de grimper la plus grande dune des alentours. Une heure de marche nous attends. Nous suons même si il ne fait pas si chaud que ça, nos mollets se contractent (ce n’est pas évident de marcher dans le sable). Les derniers mètres sont terribles, la pente est rude.
En haut, nous découvrons un panoramique exceptionnel, les dunes qui dominent le désert, l’horizon rose-oranger. La randonnée matinale valait vraiment le coup. Seul petit hic, il y a un peu trop de nuages pour apercevoir le soleil se lever. Une fois que le soleil décide d’apparaître, nous nous sommes promenés dans les dunes une petite heure, les nuages avaient disparus pour laisser place à un spectacle de couleurs étonnant. Les dunes étaient d’un orange vif, le jaune et le rouge des tentes du bivouac observés d’en haut étaient encore plus étincelants. Lorsque nous redescendions des dunes, nous faisions comme au ski, nous laissions glisser nos pieds sur le sable. Le but était bien évidemment de ne pas tomber et d’aller le plus loin possible. Il y a eu des sacrées gamelles accompagnées de beaucoup de fous rire !
Une fois que nous finissons notre balade matinale, nous prenons la route en direction de Zagora. 215 km nous attendent, fini la rigolade.
Notre itinéraire nous fait passer par la ville de Tagounite où nous nous sommes arrêtés acheter un pique-nique et de l’eau. (Pendant un raid en 4×4 assurez-vous de toujours avoir de l’eau avec vous, vous ne savez jamais ce qu’il peut se passer !) Les regards étaient posés sur nous comme si nous étions des extraterrestres. Certains villages n’ont pas l’habitude de voir des touristes. Nous reprenons la route pour nous arrêter pique-niquer auprès d’un immense cratère de plusieurs kilomètres de diamètre. A ce moment-là, nous sommes seuls au monde. Il n’y a personne autour de nous, et le cratère est tellement grand que nous avons l’impression d’être des toutes petites fourmis. Il y a énormément de vent, on ne s’entend pas parler tellement il souffle dans nos oreilles. Tout le monde est silencieux et observe la beauté du paysage.  Il faut savoir que les paysages au Maroc sont tous très différents mais tous incroyables. A 19h nous arrivons enfin à destination à Zagora.

photo3

La vue du haut de la dune

Jour 4 :

Lorsque nous partons de Zagora, nous prenons la route pour Tinerhir, en passant par Alnif qui est une commune de Tinghir. Aujourd’hui, nous roulons pendant 286 km en traversant des paysages tous plus incroyables que les autres. En majorité, ce sont des paysages désertiques, il n’y a rien, que de la terre et des cailloux à perte de vue. Parfois, nous pouvons apercevoir des campements de berbères. Je me demande encore comment ils peuvent vivre dans de telles conditions. Ils n’ont pas d’électricité, l’eau se trouve dans des puits à plusieurs kilomètres de leurs campements, et le climat est très dur à supporter (très chaud la journée et très froid la nuit).
Ce soir nous arrivons à Tinerhir. Avant de rejoindre notre gîte, nous sommes invités chez le monsieur à qui il appartient. Il nous présente sa femme et ses filles. Ces femmes sont magnifiques, elles sont vêtues d’ habits traditionnels : voiles, djellabas. Leurs pieds et mains sont recouverts de tatouages au henné. Au Maroc, le henné est utilisé dans la plupart des fêtes de famille, ou cérémonies religieuses, que ce soit pour des raisons esthétiques (parure corporelle), des croyances religieuses via une représentation symbolique, ou des pratiques médicinales. Nous sommes au cœur de la culture orientale. Ces gens vivent grâce à leur agriculture. Nous avons eu la chance de visiter leurs jardins. Un cours d’eau les traversait. L’endroit était très calme et reposant. Les femmes qui travaillent dans ses jardins n’ont pas le droit de parler. Ce n’est pas tout, ces femmes tissent également des tapis aux motifs magnifiques. Les détails sont impressionnants. Les marocains sont très accueillants, avant de partir au gîte, nous buvons le thé à la menthe tous ensemble. Un moment très convivial!
Ensuite nous rentrons à l’hôtel pour manger puis dormir, une grosse journée nous attend demain.

photo4

Promenade dans les jardins

Jour 5 :

Aujourd’hui, nous quittons Tinerhir pour nous rendre à Skoura. Nous devons passer par les Gorges du Todra, les Gorges du Dadès mais aussi par la Vallée des Roses : nous traversons le Haut Atlas, les falaises sont gigantesques. Le paysage est unique, magnifique, époustouflant. La piste que nous empruntons longe les falaises, de l’autre côté il y a seulement le vide.
Dans les falaises il y a beaucoup de grottes où certains nomades y habitent. Nous avons découvert, comment ils vivaient. Les seules choses qu’ils possédaient étaient de simples petites couvertures. Nous roulions quand nous apercevons au loin deux enfants, deux petits garçons qui étaient pieds nus dans les cailloux. Chacun s’était enroulé son poignet dans l’ une des extrémités d’une écharpe qu’ils tendaient sur la largeur de la piste pour nous arrêter. Impossible de passer. Nous n’étions pas très rassurés car il est connu que des enfants peuvent piller les voitures. Au final, nous nous arrêtons pour leur donner quelques boîtes de conserves et des stylos. Leurs visages étaient couverts de terre, ils vivaient vraiment dans la misère. Ce moment-là était le plus touchant de notre voyage. Nous avons ressenti un sentiment d’impuissance face à cette extrême pauvreté. Nous avions vraiment mal au cœur. Des petites filles de 10-12 ans étaient déjà mamans et cherchaient un moyen de nourrir leurs petits. Avant de vivre ce moment, j’étais loin de m’imaginer que ça pouvait exister, ce voyage m’a vraiment fait grandir.
Après les 235 km de pistes et toutes ces émotions, nous arrivons enfin à destination dans la ville de Skoura.

Photo5

Le haut atlas marocain 

Jour 6 :

Ce matin, nous partons direction Marrakech. La boucle est bouclée! Pour cette dernière journée de Raid, 303 km nous attendent. Nous voulons vraiment profiter de notre dernier instant, alors nous décidons de visiter un tsar vers Ouarzazate.
Nous arrivons au Tsar où nous rencontrons notre guide pour cette visite. A l’entrée du Tsar, des enfants d’une dizaine d’année nous interpellent pour nous demander des cigarettes. Nous nous regardons tous d’un air ébahi. Chez eux, il est presque normal qu’un enfant fume. Le peu de temps que j’y ai passé, j’ai vraiment eu l’impression qu’il n’existait aucune règle, aucune loi, aucune éducation. Aussi bien les enfants que les parents, tout le monde fait ce qu’il lui chante. La culture est vraiment très différente de la nôtre. Quelques minutes plus tard, d’autres enfants viennent pour essayer de nous vendre des petites sculptures faites en feuilles de palmiers. Nous voulions leur en acheter quelques unes mais notre guide nous a dit qu’il ne fallait pas car nous étions en semaine. Il ne faut pas leur acheter quoi que ce soit en semaine car ces enfants sont supposés être à l’école.
Nous commençons la visite, c’est magnifique ! L’architecture marocaine est incroyable. Le Maroc est le pays qui a conservé le patrimoine artistique le plus riche, du moins en ce qui concerne la période islamique. Cette architecture hispano-mauresque est unique et donne un charme incroyable au pays !
Une fois la visite terminée, le guide nous offre le thé à la menthe et nous souhaite bon voyage pour rentrer à Marrakech.
Il est 20h, nous arrivons à l’hôtel de Marrakech, la chaleur de cette journée était presque insoutenable. Avant d’aller nous préparer pour aller manger, nous décidons d’aller faire un plouf dans la piscine de l’hôtel. Pendant ce temps, petit débriefing pour toute l’équipe de ces supers vacances. Nous sommes tous ravis d’avoir vécu de tels moments tous ensembles.
Nous sortons de l’eau, il est temps pour nous de préparer nos valises et de de déguster notre dernier couscous, à la fois contente et triste que ce soit le dernier. La cuisine marocaine est délicieuse, très épicée et très savoureuse, mais au bout d’une semaine de couscous et de tajine nous sommes contents de rentrer manger nos petits plats français !

photo6

Le tsar que nous avons visité

Jour 7 :

Notre semaine de raid est terminée, enfin pas tout à fait. Avant de partir pour l’aéroport, nous décidons d’aller faire un tour dans les zouks de Marrakech. Nous y allons en bus, beaucoup de femmes n’ont pas le droit de parler (celles qui portent la burqa). Pendant le trajet, l’une d’entre elles m’a attrapé la main pour que je m’asseye près d’elle. La culture marocaine est très riche et les gens sont très accueillants.
Arrivés dans le centre de Marrakech nous retrouvons une culture européenne. Les femmes sont habillées comme les européennes et les gens parlent tous français. J’ai trouvé les gens de Marrakech beaucoup moins accueillants que les personnes qui vivaient dans les petits villages.
Dans les zouks, nous retrouvons un peu plus l’ambiance marocaine avec les odeurs des épices, les poteries en argile, ce pays est vraiment charmant, on ne retrouve ça nulle part ailleurs.

Attention : Cette excursion peut être mal vécue pour certaines filles. Certains hommes dans les zouks peuvent être un peu lourds et insistants. Couvrez-vous partout où vous allez.

Photo7

Le souk à Marrakech

En tous les cas, je me souviendrai toute ma vie de ce voyage exceptionnel et très enrichissant. Si vous avez envie de faire un raid en 4×4, partez au Maroc, je vous le recommande vivement !

À propos de l'auteur :
Alix Sauzede
Je m'appelle Alix et j'ai 22 ans. Depuis que je suis petite, j'adore voyager et c'est la raison pour laquelle j'ai décider de faire mes études dans le commerce international. Mon école m'offre l'opportunité de partir tous les ans à l'étranger, rien de mieux pour découvrir de nouvelles cultures. Ma citation préférée? "Je ne suis pas allée partout, mais c'est sur ma liste!" -Susan Sontag- Et oui, chaque endroit mérite d'être exploré et partagé, c'est la raison pour laquelle je veux partager mes aventures avec vous... En espèrant vous donner l'envie de les vivre à votre tour!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *